mardi 30 décembre 2014

Meilleurs voeux pour l'année nouvelle

2014 a été une bonne année pour notre jeune association, celle de sa naissance.
2015 sera-t-elle celle de sa croissance, de sa maturation? Nous l'espérons.
Nous souhaitons à tous nos amis, proches et soutiens, tous nos voeux de joie, de paix, de découvertes et bien sûr de lectures multiples et variées et d'écritures en tous domaines aussi.
Un écrivain anglais, Neil Gaiman, qui se bat pour le développement des bibliothèques,disait dans le Libé du 29 décembre:

"Sans livres, pas d'esprit critique. La fiction développe l'empathie, cette capacité à voir les choses à travers les yeux des autres et sans elle, nous sommes des monstres. L'imagination est le seul moyen de rendre le monde meilleur..."

Que 2015 nous donne de rendre ce mon meilleur!





jeudi 11 décembre 2014

Les projets pour 2015

RVLE continue ses activités, avec 6 nouveaux rendez-vous au café, 2 soirées littéraires à la Maison Jules Roy et de nouveau un Grand Rendez-Vous au début octobre 201

Des Rendez-Vous au café :

Samedi 28 mars : Le printemps des poètes avec Christian Limousin

Samedi 18 avril : Lire et écrire en prison, avec Gisèle Blandin, Bruno Poissonnier …

Samedi 23 mai : Un auteur invité : Dominique Drouin,

Samedi … juillet : Littérature et voyage, avec Jean Lacoste et JD Urbain

Samedi 5 septembre : les bibliothécaires, acteurs du lire.

Samedi 14 novembre : Carte blanche à Alain Kewès, auteur et éditeur

Des soirées littéraires avec la Maison Jules Roy :

Vendredi 3 avril à 18h30 : soirée littéraire autour de JP Cannet, animée par Emmanuelle Schwartz et Nathalie Durant

Vendredi 5 juin à 18h30: soirée littéraire autour de Maurice Nadeau et de la Quinzaine littéraire, animée par Jean Lacoste

Une Nuit de l’Ecriture, la samedi 27 juin, avec Marie-Hélène Tréheux


GRVLE du 2 au 4 octobre : Le travail d'écrire


Dernier rendez-vous au café le 6 décembre 2014

La première année de notre toute jeune association Les rendez-vous du lire et de l'écrire s'est achevée ce samedi 6 décembre avec une étonnante performance poétique de Patrick Dubost, un poète en résidence au Parc naturel régional du Morvan, accompagné à la flûte traversière par Marie Accart.
Joli spectacle, assistance fidèle et chaleureuse dans le cadre sympathique du Sybar Terrasse






Le prochain rendez-vous au café, le premier de l'année 2015, aura lieu le samedi 28 mars, toujours au Sybar Terrasse et toujours à 20h30, avec une autre performance poétique, de Christian Limousin cette fois. Honneur à la poésie en cette fin de Printemps des Poètes. On vous attend.....

samedi 29 novembre 2014

Prochain rendez-vous au café le samedi 6 décembre avec Patrick Dubost, Armand le poète


Nous sommes heureux de vous inviter à notre dernier « Rendez-vous au café » de l’année 2014, avec une performance de Patrick Dubost et son ami Armand le poète… accompagnés en musique par Marie Accart, flutiste.

La soirée se passera comme d’habitude au Sybar Terrasse, place du Parvis à Vézelay, à 20H30.

Patrick Dubost est en résidence à la maison du Parc du Morvan. Il est soutenu par Samedi poésies et dimanche aussi, que nous remercions vivement.

Le premier RVC de 2015 aura lieu, toujours en poésie, le samedi 28 mars.

Nous vous invitons aussi à consulter notre blog pour lire la dernière chronique de Christian Limousin : http://lesrendezvousdulire-ecrire.blogspot.fr

dimanche 23 novembre 2014

Une nouvelle chronique de Christian Limousin: Bataille et Bousquet en revue


                                 

           
            De nombreux articles ont, ces dernières années, souligné l’avenir incertain des revues littéraires : perte de lectorat, frais postaux devenus exorbitants, tendance de l’époque au repliement sur soi, concurrence du web, etc. La plus emblématique des revues littéraires françaises, la nrf (fondée en 1909), de mensuelle est devenue trimestrielle depuis son centenaire qui l’a quasiment tuée. Or les revues sont indispensables à la vie littéraire. Ces communautés vivantes (à propos de la nrf de Gide et de Paulhan, Auguste Anglès parle d’un « vrai collectivisme des esprits et des cœurs ») ont des rôles multiples : adoubement des jeunes écrivains, émergence de nouveaux talents, réévaluation de certains auteurs et, bien évidemment, publication de textes inédits divers dont le débouché n’est pas forcément le livre. Les revues ne vont pas mourir ; elles vont muer, abandonner la forme papier trop chère et trop encombrante pour des formes dématérialisées immédiatement accessibles.

 

            Voici deux revues qui persistent dans leur être de papier.

 

            Créée à Avignon en 1953 par Jean Breton, la revue Les Hommes sans Épaules emprunte son curieux titre à un roman préhistorique de Rosny aîné, Le Félin géant, où l’on peut lire : les épaules de Zoûhr « retombaient si fort que les bras sembaient jaillir directement du torse : c’est ainsi que furent les Wah, les Hommes-sans-Épaules, depuis les origines jusqu’à leur anéantissement par les Nains-Rouges. Il avait une intelligence lente mais plus subtile que celles des Oulhamr. Elle devait périr avec lui et ne renaître, dans d’autres hommes, qu’après des millénaires. »

            Le n°37 de la nouvelle série (la troisième) de ces « cahiers littéraires », dirigés désormais par Christophe Dauphin, propose un dossier consacré à Georges Bataille, « l’une des figures marquantes de la littérature du XXème siècle ». Il y a des raisons historiques, objectives, à cela : « Georges Bataille fut un aîné tutélaire et des plus attentifs des Hommes sans Épaules dès les débuts de la revue. » Lorsqu’il était bibliothécaire à Carpentras (1949-1951), Bataille se lia d’amitié avec Yves Breton (le père de Jean), notaire dans la cité papale.

            Le dossier Bataille se compose d’une « introduction à l’expérience des limites » (Christophe Dauphin), d’une longue présentation de la vie et de l’œuvre de Bataille (« Georges Bataille et l’expérience des limites » de César Birène et Christophe Dauphin) et de textes de l’auteur célébré.

            Face à l’œuvre « quasi mythique, monumentale » de Bataille, « dont on ne ressort pas indemne », ce dossier avoue sa modestie : « parlons d’approche, d’initiation ou d’introduction ». Bataille intimide car son projet est « le plus grand qui soit : mettre l’homme face à ce qu’il est, sans lui donner le recours à quelque faux-fuyant que ce soit. » Après une introduction resserrée sur les notions batailliennes d’hétérogène, de sacrifice, d’érotisme, de transgression, montrant l’effort constant de Bataille de « ne rien laisser en dehors de la pensée, et donc d’y faire entrer ce qui la perturbe, l’interrompt ou la révulse », l’étude de César Birène et Christophe Dauphin s’oriente vers une présentation chronologique de la vie et de l’œuvre de l’auteur de L’Érotisme. Fait rare : les deux présentateurs considèrent La Part maudite, ouvrage négligé voire décrié, comme un « livre d’une grande importance », qui « occupe une place centrale dans l’œuvre de Georges Bataille » et ils disent pourquoi. Modeste, cette présentation toujours claire occupe tout de même trente-deux pages de la revue.

            Elle s’accompagne de trois poèmes extraits de L’Archangélique (1944) et de « La publication d’Un Cadavre », texte de 1951 que Bataille écrivit à la demande d’Yves Breton. Plus de vingt ans après la publication de ce pamphlet collectif contre André Breton, Bataille  - qui en avait été la cheville ouvrière - revient sur le contexte et les conditions de sa mise en œuvre. Et il lâche cet aveu : « je hais ce pamphlet comme je hais les parties polémiques du Second Manifeste » du Surréalisme. En 51, il a fait la paix avec André et le dit à Yves (les deux Breton n’ont aucun lien de parenté entre eux).

 

            Le dossier du n°33 de Nunc, « revue vivante », est consacré à Joë Bousquet. Les  vingt-cinq textes rassemblés par Hubert C. et Jean Gabriel Cosculluela sont dus à Bernard Noël, Jean-Luc Nancy, Michel Surya, Jean-Claude Hauc, Denis Lavant, Joël Vernet, Pierre Vilar, Ginette Augier, René Pinès, Zéno Bianu, etc. Notre amie Édith de la Héronnière (auteure en 2006, chez Albin Michel, d’un essai biographique intitulé Joë Bousquet, une vie à corps perdu) y participe avec  « La nuit de Carcassonne », une étude qui revient sur la visite de Simone Weil à Bousquet en mars 1942.

            Né la même année que Bataille, Joë Bousquet (1897-1950) ne bénéficie pas de la même notoriété. Il fait figure d’auteur que l’on redécouvre périodiquement. Touché à la moëlle épinière au combat de Vailly, dans l’Aisne, le 27 mai 1918, il perdit l’usage de ses jambes. Il s’enferma alors dans sa maison familiale de Carcassonne pour n’en plus sortir, écrivant couché dans sa chambre aux murs tapissés de tableaux contemporains, une œuvre de haute solitude faite de carnets et de lettres, œuvre orignale et superbe qui, de toute évidence, n’occupe pas la place qu’elle mérite. Bien trop rapidement, on peut dire d’elle qu’elle est déchirée entre des tendances mystiques (à la fois cathares et rhénanes) et des tendances érotiques – voire sadiques dans le cas de l’extraordinaire Cahier noir. Curieusement, Bousquet est à la fois très proche et très éloigné de Bataille mais l’expliquer demanderait du temps.

            Dans le propos liminaire, Jean Gabriel Cosculluela entend situer Bousquet dans ses enjeux d’écriture, « au-delà de sa seule blessure et du seul surréalisme ». Dans sa « nuidité » (terme forgé par Cosculluela), le reclus de Carcassonne a tenté d’élaborer un « contre-écrire » : « Je n’ai jamais eu qu’une chose en vue qui est de rendre son rôle véritable au langage. » C’est ce « contre-écrire » que les différents auteurs de ce dossier essaient de mettre en avant, non sans retomber, souvent, dans l’imagerie mythique de l’invalide né de sa blessure. Le numéro comporte également des textes de Bousquet, dont une longue lettre inédite à son ami Jean Paulhan.

            Il faut signaler que les rédacteurs en chef de Nunc (Franck Damour et Réginald Gaillard) ont cru bon de dédier ce volume à deux papes récemment canonisés (Angelo Roncalli et Karol Wojtyla), provoquant une ferme protestation de la majorité des contributeurs.
 
Christian Limousin
 

 

Les Hommes sans Épaules n°37, premier semestre 2014, 284 pages, 17 euros, 8 rue Charles Moiroud, 95440 Ecouen, site internet : www.leshommessansepaules.com, courriel : les.hse@orange.fr

Nunc, n°33, juin 2014, 144 pages, 24 euros, éditions de Corlevour, site internet : www.corlevour.com

 

 

 

mercredi 19 novembre 2014

les invités de l'Autre Monde en novembre

Les filles de L'Autre Monde ont eu une bonne intuition en invitant Lydie Salvayre qui a eu le prix Goncourt! Elles ont dû organiser la séance de signatures à la Mairie d'Avallon et le maire a pu arriver en faisant part des félicitations de Manuel Valls, présent à Auxerre ce jour là!
Chance, chance.....
Soyons donc très attentif aux invités de ces dames et notons:
-le vendredi 21 novembre à 18h30, de Julia Dech pour "Le triangle d'hiver" aux éditions de Minuit
- le vendredi 28, toujours à 18h30 de Marie-Hélène Lafon pour "Joseph" chez Buchet-Chastel.

C'est un roman court, sobre, bien écrit, qui témoigne de l'écriture originale de M.H. Lafon.

dimanche 16 novembre 2014

un "Dictionnaire de la critique d'art à Paris" formidable!

C'est un immense travail auquel se sont attelés Claude Schvalberg et une quarantaine de spécialistes: faire un dictionnaire de la critique d'art entre 1890 et 1969!
Ce genre littéraire s'est beaucoup développé en France en marge de l'histoire de l'art et a attiré chercheurs et écrivains, publiant dans des revues et périodiques divers. Seuls sont retenus ici, mais ce sont les plus importants, ceux dont les textes ont été rassemblés en volume. Le centre d'intérêt se veut parisien.

Edité aux Presses universitaires de Rennes, avec une préface de Jean-Paul Bouillon, l'ouvrage de plus de six cents pages comprend de nombreuses notices, une chronologie des événements et publications en rapport avec la critique d'art et des index. Les six cents notices ne sont pas toutes nominatives. Elles sont aussi thématiques: "édition et critique d'art", " expositions d'art contemporain", "galeries d'art contemporain", "musées", "salons".... C'est un fantastique outil de travail pour les amateurs d'art!

Claude Schvalberg est un chercheur indépendant passionné. Il tient aussi une librairie spécialisée en histoire de l'art, rue Bonaparte à l'enseigne de "La Porte étroite".
Parmi les spécialistes qui ont collaboré au dictionnaire, on retiendra Christian Limousin qui a écrit l'entrée sur Georges Bataille. Notons aussi que Claude Schvalberg a écrit lui-même les notices sur Zervos et Max-Pol Fouchet.

lundi 10 novembre 2014

Entre deux rendez-vous au café


Le rendez-vous au café du samedi 8 novembre avec Bruno Poissonnier, s’est fort bien passé. Bruno avec sa verve, sa fougue, sa chaleur mais aussi sa finesse et sa sensibilité a su bien nous raconter comment il avait abordé, construit, écrit son magnifique livre sur Gaye-Bordas. Les échanges ont été nourris et sympathiques.
Le prochain et dernier rendez-vous au café de l’année 2014 aura lieu le samedi 6 décembre avec la performance d’un poète, Patrick Dubost et son avatar Armand le Poète. A ne pas manquer, toujours au Sybar Terrasse, à 20h30.


 

jeudi 30 octobre 2014

Des dates à retenir à l'Autre Monde

Dans les apéros-livres de 18h30 de la dynamique librairie "L'autre monde", nous retiendrons:

- le 7 novembre, le poète Patrick Dubost, que nous recevrons lors d'un rendez-vous au café le 6 décembre;
- le 14 novembre, Lydie Salvayre pour "Pas pleurer" aux éditions du Seuil. L'auteur figure parmi les derniers nominés du prix Goncourt ;
- le 28 novembre, Marie-Hélène Lafon pour "Joseph", salué unanimement par la critique.

A vos livres!


lundi 27 octobre 2014

Prochain Rendez-vous au café avec Bruno Poissonnier le samedi 8 novembre


Notre prochain rendez-vous au café aura lieu le samedi 8 novembre, à 20h30 au Sybar Terrasse.
Notre invité sera Bruno Poissonnier, auteur d’un tout récent « Les aventures extraordinaires de Gaye-Bordas » aux éditions de Borée.
Bruno Poissonnier se définit lui-même comme « apiculteur, batelier et écrivain ». On pourrait rajouter beaucoup d’autres choses… Il a participé aux débats des premiers Grands Rendez-Vous du Lire et de l’Ecrire de septembre.

Ce troisième roman, épique et truculent, raconte à partir d’éléments historiques et imaginaires, l’itinéraire d’un fabuleux personnage, colporteur puis négociant en vins, parti de rien, devenu richissime et retombé dans la misère. La verve et le style de l’écrivain magnifient cette vie haute en couleurs.

samedi 25 octobre 2014

Belle réussite de la soirée Bataille à la maison Jules Roy le 24 octobre 2014

Assistance nombreuse et attentive à la soirée littéraire "Lire Bataille" hier soir à la MJR.
L'objet en était le lancement du numéro 2 des Cahiers Bataille, publication riche de contenu et magnifique de présentation.
Outre Christian Limousin, étaient présents Jean Sébastien Gallaire, directeur de la publication, Olivier Meunier, directeur de rédaction et Marie-Christine Lala, universitaire et spécialiste de Bataille.
Ils ont les uns et les autres présenté cette belle collection des Cahiers qui comprend trois Cahiers Leiris, deux Cahiers Bataille, un Cahier Artaud, Laure... et bientôt Aragon, Heidegger, et encore et toujours Bataille.
Ils visent à faire le point sur la manière dont on peut lire et s'inspirer des uns et des autres aujourd'hui. Lecture critique, contextuelle et artistique d'auteurs venus de tous les horizons.
Revues splendides, couvertures élégantes, belle typographie, illustrations superbes.
Christian Limousin et Olivier Meunier ont détaillé le contenu du numéro 2 des Cahiers Bataille, avec des inédits, des études diverses, des lettres découvertes récemment qui renouvellent ce que l'on croyait savoir sur la connaissance par Bataille de Nietzsche....
Olivier Meunier a eu ce mot superbe: "les textes m'ont lu..."



Présentation aussi de" Les cris de laure"qui rassemblent des textes inédits.


 Une nouvelle publication d'autres inédits est envisagée.

samedi 18 octobre 2014

La chronique de Christian Limousin, avant la soirée Bataille à la Maison Jules Roy le 24 octobre


                                                Les Cris de Laure

 

            Née dans une famille d’illustres typographes parisiens, Colette Peignot (1903-1938) est plus connue sous son pseudonyme de Laure sous lequel son amant Georges Bataille et son ami Michel Leiris ont publié hors-commerce quelques-uns de ses écrits trouvés à sa mort (Le Sacré en 1939 et Histoire d’une petite fille en 1943). Atteinte dès l’enfance par la tuberculose, elle fut une adolescente fragile, sensible et révoltée par la profonde hypocrisie de son milieu. Elle adopta vite des idées politiques et sociales à l’opposée de celles de sa famille. Elle fréquenta d’abord Jean Bernier, intellectuel proche des surréalistes et journaliste à L’Humanité. En 1930-1931, elle séjourna en URSS pour se faire une idée concrète du régime soviétique. Elle n’en revint pas convaincue et se lia avec Boris Souvarine qui, dans son Cercle communiste démocratique et sa revue La Critique Sociale, essayait alors d’organiser une riposte de gauche au stalinisme. C’est dans ce contexte qu’elle rencontra Bataille avec lequel elle a passé les deux dernières années de sa courte vie.

            Après les tentatives ferventes mais limitées de Bataille et de Leiris pour faire connaître ses textes brûlants, il fallut attendre 1971 pour que Pauvert publie Les Écrits de Laure, dans une édition de son neveu Jérôme Peignot. Puis parurent en 1987 les Écrits retrouvés (Cahiers des Brisants) et en 1999, aux Éditions des Cendres, Une Correspondance (lettres à Souvarine, Bataille, Simone Weil, etc). Et voici que nous parviennent Les Cris de Laure qui inaugurent la collection « Hors-Cahiers » des Éditions Les Cahiers (dirigées par le leirisien Jean-Sébastien Gallaire), petite maison qui s’était déjà signalée l’an dernier par un premier Cahier Laure, placé tout près de ceux consacrés à Leiris, Bataille et Artaud.

            Ce volume au titre en forme de jeu de mots se partage en deux parties : d’abord des fragments prenant parfois des allures de poèmes, puis des lettres (1923-1936).

            Les fragments sont de nature et de tonalités variés. Le premier nous plonge d’emblée dans la transgression sacrilège :

                                   LAURE Merdedieu

                                   Gosse de riches de   

                                   Laure Sainte-Marie-Mère-de-Dieu

Suivent des rêves dans lesquels se confondent « les lieux saints et les lieux infâmes », des souvenirs d’enfance : « Je passais également de longs moments sans que personne s’en doutât, dans le cabinet de toilette de ma mère où deux grandes glaces se faisaient vis-à-vis. Je m’efforçais de compter les représentations de moi-même – quelquefois j’en trouvais 100 d’autres fois bien plus. » Aux constatations amères (« En attendant l’homme est là dans sa prison et son univers subastral, translucide, il est là, il s’en va sur la route avec des pieds qui craquent sur la paillasse et les mains dans les poches ») succèdent les injonctions (« Il faut s’EXPRIMER / sur ange et démon / etc »). Ce sont aussi des caricatures  qui touchent juste : « Ils se réunissent dans les cafés / pour siroter leur désespoir / parler gravement de la psychanalyse / pour les uns c’est une nouvelle / ÉTHIQUE. Leurs femmes prononcent / ce grand mot qui fait savant. / Elles prennent des airs d’intellectuelles / à lunettes […] » Elle crie la haine de son enfance saccagée (elle a été victime d’attouchements de la part d’un prêtre très introduit dans sa famille qui a étouffé l’affaire), ses souffrances du corps et de l’âme (« Quelque chose me « vitriole » moralement. »), son envie irrésistible de vivre, non de végéter, sa soif d’absolu.

            Ces fragments épars et nus comme des aérolithes chus d’une planète lointaine et oubliée nous touchent au plus profond, même s’ils témoignent d’une tentative littéraire restée inaboutie.

            D’une encre différente sont les lettres. Alors que Colette est parfois très dure avec sa mère dans les fragments écrits pour rester secrets (elle la peint « pleine de honte et de mystère, sombre, sans une lueur de vie ou de joie vivant de rentes et de bons sentiments »), les lettres qu’elle lui envoie manifestent une vraie tendresse et une réelle proximité. Elle lui écrit de Barèges où elle excursionne, de Moscou où elle rencontre Ella Maillart, de Madrid où elle se trouve en avril 36, peu après la victoire du Frente Popular. De Neuilly, le 12 août 33, elle se dit très inquiète pour son ami Victor Serge (1890-1947), militant révolutionnaire qui vient d’être arrêté à Léningrad : «Le coup a provoqué chez sa femme une nouvelle crise de folie, la voici elle aussi enfermée mais dans un asile d’aliénés. Quelle vie pour leur enfant de dix ans ! Nous faisons ici tout ce qui est en notre pouvoir. […] J’ai l’esprit et le cœur tout occupés de cela. »

            Les neuf lettres à Ella Maillart (1903-1997), journaliste et voyageuse suisse, documentent une relation sur laquelle on ne savait que peu de choses jusqu’ici. Attirées toutes les deux par l’URSS, elles apprennent le russe pour pouvoir visiter le pays. Colette fournit à Ella une liste de livres afin que sa correspondante ait « un aperçu des principes et de la doctrine, et de l’histoire du communisme ». Lorsque qu’Ella est encore à Moscou, elle lui demande des photos de femmes révolutionnaires russes. Elle lui parle de l’organisation du soutien apporté à Victor Serge emprisonné. Elle l’encourage à écrire et, lorsque son livre Parmi la jeunesse russe est sorti, lui promet un compte-rendu dans La Critique Sociale « mais comme nous sommes fauchés, nous paraissons à intervalles très espacés et il y a un formidable embouteillage. »

            Ce petit livre complète les précédents, affine le portrait de cette « gosse de riches » devenue militante révolutionnaire.

 

Laure : Les Cris de Laure, fragments, poèmes suivis de Correspondance (1923-1936) annotée par Anne Roche, édition établie par Rebecca Ferreboeuf et Jean-Sébastien Gallaire, Éditions Les Cahiers, 120 pages, 2014.

 

                                                                                                          Christian LIMOUSIN

 

NB : Jean-Sébastien Gallaire sera présent à Vézelay le 24 octobre à la Maison Jules Roy pour la sortie du n°2 des Cahiers Bataille.


mardi 14 octobre 2014

Serge Moncomble et les éditions Murmure chez les libraires les 24 et 25 octobre

Les éditions Murmure, de notre ami David Demartis, et les libraires tout aussi amies d'Avallon et de Clamecy, nous invitent à une rencontre qui ne peut être que riche avec Serge Moncomble, auteur du très beau "Les forteresses de l'oubli".
Il y est question d'assistance publique, d'enfance, d'oubli... dans une prose lyrique et violente.
Serge Moncomble sera
- le vendredi 24 octobre à partir de 18h à l'Autre Monde à Avallon
- le samedi 25 octobre à &_h à la librairie Le Millefeuille à Clamecy

 

vendredi 10 octobre 2014

Le Prix Nobel de littérature à Modiano, un moment de bonheur...

Il est comme un jumeau un peu triste, fuyant, toujours absent... mais nous avons presque tous, à l'égard de Patrick Modiano, un rapport affectif et quasi tendre. C'est donc avec une grande joie que l'on apprend qu'il va recevoir quelques années après JM Le Clézio - un autre frère, d'un autre genre- le prix Nobel de littérature.
Dans le Libération du 10 octobre, Philippe Lançon a les mots justes: "Le château de sable qui nous vient de Suède fait rêver les lecteurs silencieux, ceux pour qui profondeur et légèreté, lenteur et rapidité, mémoire et sensibilité s'unissent dans une certaine lumière propre à réfléchir la poussière du temps perdu, et d'abord celle qu'on met sous le tapis."

lundi 6 octobre 2014

Le livre du Centenaire de Max-Pol Fouchet, des contributions nombreuses

Les Rendez-Vous du Lire et de l'Ecrire ne s'intéressent volontairement qu'aux écrivains vivants, à la littérature en train de s'écrire.
Mais à Vézelay, on ne peut passer sous silence les ombres des aînés si elles inspirent encore les écrivains d'aujourd'hui. C'est le cas pour Romain Rolland, Georges Bataille, Max-Pol Fouchet.
2013, centenaire de sa naissance, fut l'occasion de multiples commémorations que rappelle un gros ouvrage tout récemment publié et coordonné par Christian Limousin.



 
 
 
Adeline Baldacchino, Abdelkader Djemaî, Anne Duvivier, Yannick Petit, Christian Limousin et d'autres participent à cet hommage.

mardi 30 septembre 2014

Un nouveau livre de Thérèse Mourlevat: "Paul Claudel, naissance d'une vocation" (éditions Riveneuve)

Thérèse Mourlevat est une vézelienne de cœur. Elle est aussi une spécialiste de Claudel, dont on sait qu'il est venu à plusieurs reprises à Vézelay pour rencontrer Romain Rolland et lui confier son ancienne maitresse et leur fille, toutes deux enterrées dans le cimetière du sommet de la colline.

Docteur es lettres, Mme Mourlevat a publié notamment, aux éditions Phébus, "La passion de Claudel", qui a connu un beau succès.
Elle est aussi l'exécutrice testamentaire de Louise Vetch, la fille naturelle de l'écrivain et de Rosalie Vetch, la belle Ysé du Partage de midi.

Thérèse Mourlevat vient de publier aux éditions Riveneuve un nouvel ouvrage :" Paul Claudel, naissance d'une vocation."
Elle travaille aussi sur la correspondance entre Marie Romain-Rolland et Louise Vetch.

Notre désir de nous consacrer  aux auteurs vivants et à l'écriture en train de s'écrire ne nous empêche pas de donner leur place aux recherches contemporaines sur les écrivains ayant séjourné ou écrit à Vézelay.

Les rencontres de l'Autre Monde à Avallon

La librairie L'Autre Monde propose des apéritifs littéraires le vendredi à 18h30; excellente initiative!

Nous retiendrons dans le programme d'octobre:

- le vendredi 17 octobre, une rencontre avec notre ami Bruno Poissonnier qui vient de publier: "Les aventures extraordinaires de Gaye Bordas, aux éditions de Borée;

- le vendredi 24 octobre, une rencontre avec Serge Moncombre pour son "Les forteresses de l'oubli" dont nous avons déjà parlé dans ce blog, publié chez notre ami David Demartis des éditions Murmure.

Bruno Poissonnier sera l'invité de notre Rendez-Vous au café du 8 novembre.

dimanche 28 septembre 2014

Prochain rendez-vous au café le samedi 4 octobre

Notre prochain rendez-vous au café aura lieu le samedi 4 octobre à 20h30 au Sybar Terrasse, place du Parvis à Vézelay.
Le thème en sera "La rentrée littéraire". Il sera animé par Christine de la librairie Le Millefeuille de Clamecy. Christine assurait le stand de livre lors de nos Grands Rendez-Vous de septembre.
Des lectures seront faites par Joelle.
Chacun pourra faire part de ses "coups de cœur" et de ses "coups de gueule" pour les très nombreux livres de cette rentrée.
Une vidéo de l'entretien avec Christine effectué le 6 septembre est visible sur You Tube. Tapez "les rendez-vous du lire et de l'écrire Vézelay". Elle y fait part de son itinéraire, de ses joies et difficultés.
Les prochains rendez-vous au café auront lieu les samedis 8 novembre et 6 décembre.



mardi 23 septembre 2014

Une chronique de Christian Limousin: le centième numéro de Cahiers d'art


                              

               La parution du centième numéro de la revue Cahiers d’art est passée largement inaperçue.

            En 1960, Christian Zervos, fatigué et désorienté par les nouvelles écoles artistiques, ne voulant pas abandonner son cher noir et blanc pour passer à la couleur, cessa la publication de la revue qu’il avait créée en 1926 pour se consacrer entièrement à ses grands livres archéologiques. Il pouvait, de toutes façons, être fier des 97 numéros parus.

            En 2010, le collectionneur et producteur de cinéma suédois Staffan Ahrenberg a racheté la maison d’édition Cahiers d’art. À l’automne 2012, double surprise, la revue de Zervos renaissait et inscrivait son fond et sa forme dans l’héritage de son créateur. Ahrenberg a également réactivé les éditions : le mythique catalogue raisonné de Picasso va reparaître, d’autres chantiers sont lancés (catalogue raisonné de Frank Gerhy, d’Elsworth Kelly, etc). La galerie du 14 rue du Dragon (Paris VIème) expose à nouveau les artistes défendus par les nouvelles publications (Kelly, Calder, Parreno, Trockel, Sugimoto, Schütte) et se double même, en face, d’une annexe. La constellation lentement mise en place par Zervos se trouve soudain reconstituée avec des moyens financiers que, bien sûr, il n’avait jamais eus. À Vézelay, on ne peut qu’être attentif à ce phénomène.

            Le splendide et copieux 100ème numéro de Cahiers d’art (224 pages, une centaine de photographies en pleine, double, voire triple page) a été entièrement confié au photographe Hiroshi Sugimoto, né en 1948, qui vit et travaille à Tokyo et à New York. Le choix du maître japonais en dit long sur l’évolution du statut de la photographie. En effet, Christian Zervos, malgré le contre-exemple éclatant de Man Ray, considérait surtout la photo comme un art mécanique chargé de lui fournir de bons clichés pour illustrer sa revue et ses livres.

            En 1932, le n°3-5 de Cahiers d’art consistait dans le catalogue de l’exposition Picasso aux galeries Georges Petit. Zervos reprit épisodiquement cette formule. Avec ce n° 100, Ahrenberg renoue avec elle : ce numéro Sugimoto est le catalogue de son exposition (25 avril-7 septembre) au Palais de Tokyo. Titrée « Aujourd’hui le monde est mort », cette exposition, la plus importante réalisée en Europe par l’artiste, présentait une nouvelle facette : la juxtaposition de sa collection d’objets (d’époques et de cultures différentes) et de ses photographies.

            Des photographies, donc. Et de brefs textes en regard, dus également à Sugimoto. Le tout comme « une rêverie artistique sur la fin de la modernité ». Ce qui frappe, c’est l’aspect hétérogène de cette suite  en forme d’inventaire : photos d’œuvres d’art (Duchamp, Picasso, etc), de météorites, d’objets (masque no, boites de soupe Campbell, poupée Barbie, drapeau rouge soviétique, …), de documents (portrait de Marx), de mises en scène sommaires (des plaquettes de viagra bleu dans une boite jaune, etc). Plus que cela, l’ensemble voit se heurter la photo noir et blanc artistique (exposée aux galeries de la rue du Dragon) et celle en couleur destinée à garder trace d’une exposition (sur plusieurs clichés apparaît la palissade de tôle ondulée de la scénographie du Palais de Tokyo).

            Le volume se clôt sur une série de fossiles aux noirs et blancs superbement maîtrisés. Dans son introduction, Sugimoto écrit : « Après m’être interrogé sur les prémices de l’art moderne, j’ai imaginé différentes chutes possibles pour la modernité. J’ai voulu refermer ce numéro comme un fossile scelle une vie dans une époque donnée, comme si, en observant les contours des organismes préhistoriques dont nous sommes issus, c’était elle que je fossilisais. »

            La nouvelle série de Cahiers d’art a pris la bonne habitude de republier en fin de n° un article « historique » de la revue de Zervos. Ici, il s’agit d’un texte de Vitrac sur Brancusi dont les illustrations dialoguent précisément avec les photos d’œuvres du sculpteur roumain dues à Sugimoto et placées en début de volume.

                                                                                                                       Christian LIMOUSIN

 

Cahiers d’art, 38ème année, n°1 de 2014 (juin), 60 €, édition française ou anglaise.

 

samedi 20 septembre 2014

Un nouveau petit polar de Sandrine Collette

Notre amie Sandrine Collette, présente aux GRVLE de septembre, vient de sortir un nouvel ouvrage dans la collection du Monde "Petits polars", en lien avec la SNCF.
Illustré par Dominique Corbasson, c'est une terrible histoire que si passe dans une cité de carcasses de voitures où sont venus logés les damnés de la terre. Apocalyptique et noir, noir...
Le titre est pourtant poétique comme sait si bien les faire Sandrine: "Une brume si légère"...




mardi 16 septembre 2014

Alain Kewes et Rhubarbe à l'Autre Monde à Avallon

Notre ami Alain Kewès, créateur des éditions Rhubarbe sera à la librairie d'Avallon, l'Autre Monde, vendredi 19 septembre à 18h30, pour fêter les 10 ans de sa dynamique maison d'édition Rhubarbe!
Alain a participé à nos RVLE de septembre comme à un Rendez-Vous au café de printemps.
c'est un remarquable orateur, autant qu'un bel écrivain et bon éditeur!
Allez-y nombreux!




Toutes les videos des RVLE vont être disponibles sur You tube

Nous avons demandé à une responsable de Radio Avallon et de Avallon vision de filmer l'essentiel de nos tables rondes ce qu'elle a fait. Tout cela sera disponible à l'adresse suivante:
http://www.youtube.com/watch?v=nbT__R1SAVs

Beaucoup de photos ont aussi été prises. La maison Jules Roy en conserve quelques unes.
A très vite

lundi 8 septembre 2014

Belle réussite des Rendez-Vous du Lire et de l'Ecrire des 5, 6 et 7 septembre


Les grands Rendez-Vous du Lire et de l’Ecrire se sont achevés hier et ont été manifestement aux yeux de tous, intervenants et public, une belle réussite ! Le soleil, il faut dire, était de la partie !
L’attention du public de lecteurs a été formidable.

Le sérieux et la convivialité ont accompagné ces échanges dans le beau cadre de la Maison Jules Roy. Ont été formulés et approchés les joies et difficultés de « l’acte d’écrire » et du « vivant de l’écriture »…. Merci à tous les intervenants.

Thèmes à creuser et interroger indéfiniment, sans trouver, et heureusement, de réponses !!!

Nous publierons quelques photos.
Et nous recommencerons l’an prochain.

Dès à présent, notez notre prochain Rendez-Vous au café, le samedi 4 octobre, au Sybar Terrasse, sur le thème de « La rentrée littéraire » avec des lectures de coups de cœur de notre amie Christine de la librairie Le Millefeuille de Clamecy

 

mercredi 30 juillet 2014

le programme des Grands Rendez-Vous de septembre


logo RVLE001LES RENDEZ-VOUS DU LIRE ET DE L’ECRIRE - 2014

 

          VEZELAY - 5, 6, 7 SEPTEMBRE

Des rencontres conviviales : auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires…


 

 « Genèse d’un livre et désir de lire »

-        Avec des auteurs : Adeline Baldacchino, Jean-Pierre Cannet, Sandrine Collette, Jean-Paul Didierlaurent, Dominique Drouin, Pascale Fautrier, Denis Grozdanovitch, Alain Kewes,  Jean Lacoste, Christian Limousin, Geneviève Peigné, Bruno Poissonnier, Jacques Robert, Pascale Roze (prix Goncourt 1996), Mathieu Sapin (auteur de BD)  … Ils participeront aux débats et liront, pour certains d’entre eux, des extraits de leurs œuvres.

 

-        Des éditeurs, parisien (Bartillat) et régionaux (Murmure et Rhubarbe) ; les Editions de la Goulotte qui publient des ouvrages d’artistes, sont partenaires.

 

-        Des libraires. Les librairies de Vézelay sont ouvertes et proposent des animations, notamment la librairie L'âme enchantée. Un stand de vente de livres est assuré à la Maison Jules-Roy.

 

-        Des lecteurs : ce sont les plus importants. Ils peuvent débattre, raconter  leurs expériences, interroger les auteurs et les professionnels du livre.

 

Débats animés par Christine Siméone (France Inter) et Yannick Petit (Radyonne)

En partenariat avec la Maison Jules-Roy, le Centre Sainte-Madeleine , la Cité de la Voix et La Nouvelle Quinzaine Littéraire.

 

 


 

logo RVLE001 LES RENDEZ-VOUS DU LIRE ET DE L’ECRIRE

VEZELAY

5, 6 et 7 SEPTEMBRE 2014.

          Programme détaillé :

 

 

Vendredi 5 septembre. 18h00 à la Maison Jules-Roy : soirée d’ouverture avec la présentation d’une maison d’écrivain et l’accueil de Jean-Paul Didierlaurent, auteur du « Le liseur du 6h27 » (Diable Vauvert).

-        21h : à la basilique, concert organisé par la Cité de la Voix.

 

Samedi 6 septembre. 

-        De 9h30 à 10h30 : promenade littéraire. Rv Place du Grand Puits

-        Au Centre Sainte Madeleine, de 10h à 18h, une exposition du CRL : « Comment un livre vient au monde » et divers stands
-      A la bibliothèque de Vézelay

-        A la Maison Jules-Roy, à partir de 10h45 :

 

-        11h : Première table ronde : « Genèse d’un livre » , avec Charles Ficat (ed Bartillat), David Demartis (Murmure), Alain Kewes et Dominique Drouin, autoéditeur

 

-        14h 30 : Entretien avec la libraire de Clamecy : « Joies et difficultés du métier ».

 

-        15h : Deuxième table ronde «  Faut-il lire pour écrire ? » avec Sandrine Collette, Denis Grozdanovitch, Alain Kewes et Geneviève Peigné.

 

-        16h30 : Entretien avec un auteur de BD, Mathieu Sapin

 

-        17h : Troisième table ronde « Désir d’écrire et passage à l’acte » avec Adeline Baldacchino, Jean-Pierre Cannet, Bruno Poissonnier et Marie-Hélène Tréheux.

 

-        18h30 : Zoom sur les prochaines publications de nos auteurs, par Christian Limousin, avec Adeline Baldacchino, Denis Grozdanovitch et Bruno Poissonnier

 - A la librairie L'Ame enchantée": entre 16 et 19h, rencontre avec l'artiste calligraphe Hassan Massoudy, dans le cadre de l' exposition qui lui est consacrée jusqu'au 21 septembre. Pour nos RVLE, des lectures de textes auront lieu avec Sylvia Lipa-Lacarrière et Lorant Hecquet, notamment un de Jacques Lacarrière sur la paix en Irak. Hassan Massoudy signera ses livres.

-        A 19h, à la Cité de la Voix, concert donné par les musiciens en résidence.

Dimanche 7 septembre. Eclatement des lieux, de 9h à 18h.

-        Promenade littéraire : de 9h30 à 10h30 ; Rv Porte du Barle

-        Au Centre Sainte-Madeleine, expositions et vide-bibliothèque au profit des RVLE

-        A la Maison Jules-Roy, 11h 15: quatrième table ronde : « Les écrivains face à l’Histoire»  avec Pascale Fautrier, Jean Lacoste et Pascale Roze.

-        Et  de 14h à 16h : des auteurs, présentés par Jean Lacoste, liront des fragments de leurs œuvre : Pascale Roze, Denis Grozdanovitch, Jean-Pierre Cannet, Christian Limousin,…

 

-     A 16h, à la Cité de la Voix : concert par les jeunes musiciens en résidence.
 
La galerie des éditions de la Goulotte reste ouverte ce week-end.

 

mercredi 23 juillet 2014

actualités littéraires à Vézelay le 26 juillet et le 1 août

Après le succès de notre Rendez-Vous au café avec Isabel Ascencio, analysée par Josiane Limousin et lue par Christian Limousin, la vie littéraire vézelienne prend d'autres formes.
Théâtrale d'abord avec le Samedi 26 juillet à 17h sur la Terrasse, derrière la basilique, un "Tartuffe" de Molière par le collectif "à vrai-dire". Participation libre.


 
 
Une autre soirée littéraire mérite d'être suivie, celle du vendredi 1 août, à 18h30, à la Maison Jules Roy, sur une thématique bien en phase avec la maison d'écrivain: "la littérature algérienne: Jean Sénac, Kateb Yacine et Mohamed Dib" par Brahim Hadj Slimane, poète, nouvelliste et romancier, actuellement en résidence à la Maison Jules-Roy.
Venez très nombreux rendre hommage à ces différents écrivains

mercredi 16 juillet 2014

Prochain rendez-vous au café: Isabel Ascencio le samedi 19 juillet

N'oubliez pas le prochain Rendez-vous au café qui aura lieu samedi 19 juillet à 20h30 avant le feu d'artifice et toujours au Sybar Terrasse. Notre invitée est Isabel Ascencio


Isabel n’est pas inconnue dans la région. Enseignante au lycée de Clamecy, puis au lycée d’Avallon, et maintenant dans le Jura, elle vient de publier son quatrième roman  Un poisson sans bicyclette  aux éditions Verticales. C’est son deuxième roman chez cet éditeur, le précédent « Drama Queen » a reçu le prix suisse Alpha en 2013.  Auparavant, sous le nom d’ Isabel Esteban, elle avait fait paraître deux romans aux éditions de La Cerisaie : Personne ne dort  (en 2007) et Les pieds de Sam (en 2008).

Son dernier roman nous ramène à l’été 1976, dans l’arrière-pays varois où vient de s’installer dans une ferme à l’écart un groupe de jeunes hippies. A travers le regard d’une jeune ado qui s’ennuie, on découvre un univers de contestation de l’ordre établi qu’elle voudrait bien  rejoindre. Plusieurs faits divers, la « bande son », replongent le lecteur dans les années 70. Cette histoire peut aussi se lire sous l’angle du féminisme et de ses désillusions.

vendredi 11 juillet 2014

Des événements Livre à Clamecy

La charmante petite ville de Clamecy n'a pas seulement un passionnant musée, elle bénéficie aussi d'une librairie particulièrement dynamique, Le Millefeuille, qui assurera le stand libraire de nos Journées de septembre, et aussi d'une médiathèque riche et très animée.
Tout est affaire de personnes et ces trois "institutions" sont dirigées par des femmes remarquables, cultivées, curieuses, aimables.
Deux événements à noter:
- à la librairie Le Millefeuille, samedi 19 juillet de 10h à 12h30, rencontre avec Olivier Raymond auteur et compositeur.;
- à la Médiathèque, une belle exposition "Les mutations du livre et de sa protection".
Elle a lieu dans le cadre de la défense du Patrimoines écrits de Bourgogne et dure jusqu'au 21 septembre. Entrée libre, les mercredis de 10h à 12h et de 13h30 à 18h; le vendredi de 14 à 18h; le samedi de 9h30 à 12h et de 14 à 17h.

lundi 30 juin 2014

Les apéro de l'Autre Monde

La belle librairie l'Autre Monde, d'Avallon, poursuit avec succès ses rendez-vous "apéro" du vendredi soir.
Au programme:
- le vendredi 11 juillet, à 19h, un atelier d'écriture avec notre amie Marie-Hélène Tréheux. S'inscrire au préalable.
- le vendredi 18 juillet, à 18h30, rencontre avec une autre amie de RVLE, Isabel Ascencio pour son dernier roman "Un poisson sans bicyclette".
Occasion de rappeler qu'Isabel sera l'invitée de notre prochain Rendez-Vous au café du 19 juillet au Sybar Terrasse de Vézelay, à 20h30. Elle sera interrogée par Josiane Limousin.


Le prochain week-end: Samedi poésies, dimanche aussi à Bazonches-du-Morvan

C'est le 5 et le 6 juillet, dans le joli village de Bazoches, que va se dérouler la nouvelle édition du festival de poésie imaginé par Geneviève Peigné et Jean-François Seron.
Au programme, lectures par les poètes eux-mêmes de leurs textes, rencontres avec des éditeurs et délicieux moments de convivialité.
Programme détaillé sur http://poesie.baz.free.fr

la Nuit de l'écriture, et après?



 
Et la Nuit de l’Ecriture s’écoula… jusqu’à 3h du matin environ, laissant chaque participant et Jean-Pierre Cannet, son initiateur, épuisés et heureux.

Elle avait été préparée très soigneusement par l’écrivain catalyseur, avec un cadre formel assuré, des temps définis d’écriture, de lecture par chacun de son texte, de réception par le groupe etc.

Le cadre, un peu solennel, de la mairie de Vézelay, aimablement mise à disposition par la municipalité, s’est bien prêté à cette belle expérience.

Longs moments de connaissance mutuelle, de création, de liberté, d’écoute dans la bienveillance, d’encouragement à l’inventivité, la curiosité, la prise de risque, aux chemins de traverse, aux essais, fructueux ou non... Expérimentation par chacun du travail d’écriture, dans l’effort et la peine, la joie et le bonheur.

C’est pour notre toute jeune association, qui remercie chacun de sa présence et de sa participation, un grand encouragement à continuer et refaire l’an prochain une autre « Nuit de l’écriture".

 

samedi 28 juin 2014

La Nuit de l'Ecriture: lancement.....

Imaginez la pluie, l'orage, le vent sur Vézelay, les parapluies, les imper trempés, les anoraks transpercés. Et malgré cela une douzaine de volontaires pour une longue nuit d'écriture dans cette superbe demeure qu'est la mairie de Vézelay.
La municipalité a permis que cette première Nuit se déroule en ces murs chargés d'art et d'histoire.
L'adjoint au maire, Lorant Hecquet en a symboliquement remis les clés à Jean-Pierre Cannet, le maître d'oeuvre de la soirée.
Une journaliste de l'Yonne Républicaine, Cécile Carton, a interviewé quelques participants et assisté
aux débuts de l' aventure.
A 19h45, les portes de la mairie se sont fermées.
Bien sûr, sont arrivés des retardataires qui n'ont pu participé à ce qui se tramait derrière les murs...

Un peu plus tard, au Sybar Terrasse, les amateurs de jeux avec les mots s'en sont donné à cœur joie avec Béatrice Beyney et Marie-Hélène Tréheux.

Nous relayerons sur ce blog les impressions des écrivants de la Nuit....

vendredi 27 juin 2014

Nuit de l'écriture et café ludique

Le 28 juin, RVLE célèbre une Nuit de l'Ecriture.
Quinze participants entoureront Jean-Pierre Cannet à la mairie de Vézelay, aimablement prêtée par la municipalité pour une nuit entière consacrée à écrire...
Pendant ce temps, à partir de 20h30, au Sybar Terrasse, on s'amusera autour de jeux de mots avec Béatrice Beyney et Marie-Hélène Tréheux.