lundi 2 octobre 2017

Un Grand Rendez-Vous éclatant

C'est bien "L'écriture dans tous ses éclats" qui a jailli samedi 30 septembre, salle gothique à Vézelay!
L'écriture, la littérature sous toutes ses formes dont le théâtre.

Une cinquantaine de participants ont écouté avec attention et sont intervenus pour interroger nos invités, au nombre de quatre, sous la douce et ferme médiation de notre amie journaliste Christine Simeone.

Jean-Pierre Cannet a ouvert les rencontres. Il a présenté son ouvrage en cours "La belle étreinte" et expliqué avec simplicité les difficultés auxquelles il se heurtait dans le fil de l'écriture. Il a fait sentir à quel point le "travail d'écrire" est un véritable artisanat qui suppose essais et reprises, tentatives et repentirs, le labeur et l'effort étant toujours de rigueur. Des lectures ont illustré ses propos.
Son dernier éditeur pour "Les noces rêvées ne meurent pas" (éditions de La Renverse), Franck Achard, lui même écrivain, libraire, comédien a apporté des compléments et précisions sur ce difficile métier de l'écriture.

L'après midi a commencé avec Anne-Laure Liégeois, metteuse en scène, accompagné d'Olivier Dutilloy, comédien. Anne-Laure a raconté, s'appuyant sur son prochain spectacle, comment s'élaborait peu à peu son travail, depuis la traduction souvent de l'œuvre, la dramaturgie jusqu'à la scénographie. Elle a rappelé diverses expériences théâtrales tentées, comme "Embouteillages" où le public déambulait d'une voiture à l'autre pour écouter des textes commandés à divers auteurs. Elle a aussi décrit sa plus récente création, "On aura tout", à Avignon cet été, à base de textes très engagés, sur de nombreux sujets politiques et sociaux. L'initiative sera reprise à Paris cet hiver. Olivier Dutilloy en a lu quelques extraits. Figuraient parmi eux deux écrits de Marie Nimier, la dernière invitée.

Marie Nimier a commencé très jeune par la musique, les spectacles de rue, la chanson. Plus tard elle est devenue écrivaine de romans, de pièces de théâtre, de textes pour la jeunesse, de scénarios pour le cinéma. Elle a finement expliqué, avec simplicité et modestie, sa manière de travailler suivant les genres littéraires et fait écouter une de ses chansons-poèmes.

L'après midi s'est terminé par une création très originale à la Cité de la Voix, à partir d'un texte de Pascal Quignard, littérature oblige. Sur une composition musicale de Benoit Menut, une formidable pianiste, Aline Piboule, et un comédien-lecteur-chanteur, Paul-Alexandre Dubois ont fait entendre un "Boutès ou se jeter à l'eau" qui résonnait avec les propos de Marie Nimier dont le premier roman "La sirène" tournait autour de ce mythe. Etrange correspondance des choses et des êtres...

Cette dernière édition fut un beau moment d'intelligence, de simplicité et de complicité conviviale avec un public fidèle et passionné.

Un immense merci à tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire